Ce que je fais, ce que je cherche

Depuis l’été 2015 j’ai rejoint le programme I-TEAM (programme européen d’innovation culturelle et sociale) auprès du Relais Culture Europe (Bureau Europe Creative Paris) pour développer la dimension européenne de mon action. J’y ai trouvé un réseau élargi et des ressources pour la réflexion et l’action. Les initiatives se multiplient.

Aujourd’hui, je participe à la création d’une Société Coopérative Européenne des entrepreneurs de la culture, dans laquelle s’inscrira mon activité professionnelle. En attendant, j’intègre la couveuse d’entreprises CADO de l’association l’AMI – la Friche Belle de Mai, Marseille, pour lancer mon activité professionnelle au service de projets à haute valeur d’innovation sociale et culturelle.

Je propose une offre de service qui s’adapte aux besoins des porteurs de projets : conception, design de projet, montage de dossier, production, coordination, gestion et suivi administratif, recherche de financements, évaluation et bilan.

De l’idée au projet et du projet à sa réalisation, coopérons! J’interviens là où il y a un besoin pour réussir le développement de projets culturels et artistiques.

Parler d’Europe, me projeter en Europe, me rêver européenne.
C’est ma manière d’agir sur les frontières, d’ouvrir des voies et des voix, de développer l’action collective.
Créons de bonnes conditions de travail avec tous ceux qui sont concernés par les actions que nous projetons, pensons à la qualité de la relation avec nos publics.
Mettons en place les formes de relations de travail respectueuses et efficientes.

Publicités
Ce que je fais, ce que je cherche

Mon corps a besoin des chorégraphies de Pina Bausch et des textes de Judith Butler

photo
Une crèche a été installée avec les objets perdus en mer par les réfugiés – Église Saint-Antoine de Padoue -Istanbul – Janvier 2016

Mon corps est vivant, il est mobile, il me déplace, il s’assouplit lentement

Mon corps est exigeant, il a besoin de place, il prend la place, il prend l’air,

La bonne température de mon corps me fait du bien

Souple, mon corps se fait tout petit pour passer entre les gouttes de la pluie

Assoupit, je l’étire, je le remue doucement pour le réveiller

Quand mon corps se sent seul il cherche de la compagnie,

Les idées de l’extrême droite sont violentes pour mon corps et ma tête, elles attaquent l’arrondi, l’accompli, l’esprit et la matière.

Mon dos est meurtri par la longueur de la route, le roulis des vagues. Pendant la traversée ça fait mal. Je cherche des lueurs devant. Où sont les villes, où les bordures de trottoirs, le passage piétons,  le lieu de passage. Quand mon corps est fatigué, il prend toute la place, il s’impose sans concession, mon corps efface la pensée

Mon corps se fait mal quand il se cogne au bâton, au bistouri, au mur, aux balles

Parfois il rejoint d’autres corps, ils descendent dans la rue, crient des slogans, jettent des regards sombres aux dirigeants

Mon corps n’aime pas être dirigé

Mon corps est contre,

pour

avec

est rarement sans

Il cherche la résistance, il résiste

Mon corps cherche la chaleur et l’atome crochu

Il se rassure, se détend, sourit dans un petit soupir

Mon corps est déterminé par son lieu de naissance,

Il a besoin de protection,

de soins

de ligoter ses peurs

d’être libre pas libre

protégé non protégé

La valeur de mon corps est déterminée par son lieu de massacre

Police aux frontières

Enfermé dedans et moi dehors

Panique

Mes pieds aiment se poser dans l’herbe, je suis prête à marcher longtemps pour la trouver. Mes pieds ont besoin d’une terre pour se reposer, mon corps la cherche, où chercher?

Qu’est-ce qui s’est passé ? Comment les choses se sont-elles agencées ?

Les questions allongent la pensée, lui ouvrent un vrai rail de lumière ardente, fugace qui invite à regarder devant, à chercher avec qui

Rejoindre, relier, nouer, partager, collaborer, être avec, être contre, dialoguer, échanger. Mon corps est à la recherche de commun, de collectif, de communauté, de mixité, de métissage de pensées, d’agir

Isabelle Stenggers dit « ni trop près, ni trop loin, ni trop distant, ni trop impliqué »

Human rights and freedom of movement,

I grew up as a european citizen

Ma main clique sur le clavier, elle amène des articles, des textes, de la pensée

Tout lire, survoler ces mots qui ne deviendront jamais connaissance.

Mon corps est contrôlé par clic, immobilisé là

Ma main cherche,

Elle trouve des alliés, à partir du clavier, les mains signent les pétitions et forwrardent les informations, les vidéo, les slogans, les insultes de préférence sur sur un mode comique,

le rire me secoue agréablement

Mon corps me dit le chaud, le froid, la satiété, la bonne santé, la douceur d’un oreiller, le sourire d’un voisin,

« J’ai dormi comme un voleur, sur un quai, sous une bâche et toi? » La phrase de Roger Martin du Gard prend un écho particulier en janvier 2016 à Istanbul

 

 

 

Mon corps a besoin des chorégraphies de Pina Bausch et des textes de Judith Butler

I-TEAM Programme européen d’innovation culturelle et sociale

Une démarche itinérante pour imaginer son propre positionnement d’acteur de l’innovation culturelle européenne

20151103_161527

Entrée dans Sheffield depuis le quartier de Burngrease

Je reviens d’une semaine de travail, de réflexions et de rencontres, à Sheffield – Yorkshire, ville au nord de l’Angleterre avec le groupe I-TEAM, expérience  formatrice et itinérante organisée par le Relais Culture Europe.

Accueillis au sein du Théâtre Crucible notre groupe a poursuivi le travail démarré à Paris en septembre dernier. Travail individuel et collectif pendant 6 semaines pour transformer nos regards et nos pratiques afin d’élaborer de nouveaux projets coopératifs en Europe :

  • Observer, décrypter :

La situation de crise politique européenne
L’exclusion culturelle, économique, sociale qui se poursuit
L’inadéquation des politiques publiques actuelles

  • Analyser au moyen de filtres, de champs et de méthodes critiques

Comment peut-on lire la ville aujourd’hui et les rapports qui existent et se transforment dans les populations?
Qu’en est-il de la démocratie et de la légitimité du pouvoir?
Économie, culture, art, Europe
Penser complexe, construire collectivement, …

  • Élaborer, refonder, proposer

De nouveaux récits de nouveaux désirs d’Europe
De nouvelles solidarités, un avenir européen commun, ouvert et démocratique
De nouveaux projets de coopération culturelle
Un renouveau de l’action publique pour tendre vers « une vie bonne »

Pour compléter le parcours, nous menons un travail de recherche et d’innovation au sein d’un laboratoire collectif de fabrique européenne.

Parcours qui nous emmène en décembre à Paris, en janvier à Istanbul, puis encore à Paris, pour finir en juin 2016 à Valençia

I-TEAM Programme européen d’innovation culturelle et sociale

« ET APRÈS » LUCIE GOUGAT & JEAN-LOUIS BAILLE / CIE DES INDISCRETS (LIMOGES)

Etapres1ErnestoTimor
©Ernesto Timor

 6-25 juillet (relâche le 15 juillet)

 2h10 (trajet navette compris)

 18€/12,5€/7€ (PATINOIRE)

Et Après est insaisissable. Tout entier dirigé par la fugue et la question de la fuite. Tout entier parce que ce n’est pas seulement sa toile de fond mais sa forme même. Pas vraiment une histoire, non, une perpétuelle échappée faite de sauts, d’imprévus et de bifurcations… Il mêle dans le désordre : théâtre acoustique et amplifié, boui-boui musical, interpénétration des genres, rendez-vous ratés, théâtre performatif, vrai théâtre, vidéo ambulatoire, éruptions lyriques, éveil des sens, énumération exhaustive du manque, catastrophe marine, dégustation de mets et de « mais », quête d’ailleurs, bouffées d’imaginaire et bruits de vague… Ça se raconte pas ça se vit. Comme une expérience. Un moment intense et jubilatoire. Libre.

Lucie Gougat et Jean-Louis Baille ont créé la Cie des Indiscrets à leur sortie de l’Ecole Jacques Lecoq. Ils s’orientent aujourd’hui vers la création de formes nouvelles et singulières où se croisent radicalité et humour, modernité et ludisme. Pour eux mettre en scène et en écriture la question de la théâtralité ou plutôt celle de leur rapport au théâtre et à la création, est forcément une manière de questionner notre rapport au monde. Comment on fait pour l’habiter ce monde ? Comment on l’avale ? Comment on le recrache ? On le recrée ? On se fait une bouche pour parler au (du) monde ?

« Longtemps après le noir, le spectateur hésite entre éclats de rire, orgasme, sidération, lévitation. Les auteurs, les acteurs sont habités par le théâtre, ils sont le théâtre, ou autre chose, non identifié, mais tellement signifiant. Leur inventivité, portée par une cataracte de mots (maux?), servie par le délire, l’énergie, la générosité, les surprises de la mise en scène… impose le respect. Médaille d’or à ces sportifs de haut niveau pour qui la théorie du genre (théâtral) est un terrain de jeu où les images, la vidéo, la musique, la performance soulignent les catastrophes organisées dans un ballet fou qui finira mal bien sûr, mais qui n’empêchera personne de danser. » Annie Faure, Le Populaire du Centre

Distribution
Mise en scène 
Lucie GOUGAT
Avec
 Jean-Louis BAILLE, Paul EGUISIER & Julien MICHELET
Conception Lumières 
Franck RONCIERE
Conception sonore Julien MICHELET
Conception images Paul EGUISIER
Régie Franck RONCIERE

Production Compagnie des Indiscrets, Théâtre de l’Union-Centre-Dramatique-National du Limousin, Théâtre les 7 collines-Scène-Conventionnée de Tulle, Théâtre du Cloître-Scène-Conventionnée de Bellac.
Soutiens Centres Culturels – Ville de Limoges; Le Transfo – Art et Culture en Région Auvergne ; Scène Nationale d’Aubusson ; Fabrique Ephéméride à Val de Reuil ; Centre Culturel Robert Margerit à Isle ; Mairie de Billom.
Avec le concours de l’Etat (Ministère de la Culture et de la Communication – Direction des affaires culturelles du Limousin).
Compagnie conventionnée par la Région Limousin et subventionnée par la Ville de Limoges. »

Contact
Cie des Indiscrets
6 clos de la béchade, 87280 Limoges
www.indiscrets.net

Contact Avignon
Lucie GOUGAT – 06 98 07 96 31 – compagnie(a)indiscrets.net

http://www.helloasso.com/associations/compagnie-des-indiscrets/collectes/-et-apres-au-festival-off-d-avignon-2015

« ET APRÈS » LUCIE GOUGAT & JEAN-LOUIS BAILLE / CIE DES INDISCRETS (LIMOGES)

De mes propres mains de Pascal Rambert

Arthur Nauzyciel jusqu’au bout du souffle, prodigieux dans  ce texte de Pascal Rambert, en mille feuilles comme la vie!

THÉÂTRE – du 16 juin 2015 au 18 juin 2015

De mes propres mains

Dans le cadre du festival Rambert à nu

De Pascal Rambert

 1 sur 7 – 

© Marc Domage

En 1993, Pascal Rambert mettait en scène son texte De mes propres mains écrit pour Éric Doye que l’on voyait marcher au bord du vide sur les toits de la Faculté de Dijon lors du Festival Théâtre en mai. Puis, au Théâtre Nanterre-Amandiers, Rambert créait une seconde version pour Charles Berling disparu dans un costume surdimensionné, entouré de couleurs éclatantes. En 2007, il créait à Bonlieu Scène Nationale d’Annecy, une troisième version, pour l’actrice et performeuse américaine Kate Moran qui surgissait de l’obscurité totale. Version qui tournera dans le monde entier de New-York à Tokyo. Ce texte sur la condition humaine, Pascal Rambert le remonte maintenant tous les dix ans. Aujourd’hui, il le met en scène pour son ami Arthur Nauzyciel, dans la simplicité absolue du Théâtre des Bouffes du Nord.

Texte et mise en espace Pascal Rambert
Lumière Yves Godin
Avec Arthur Nauzyciel

Coproduction C.I.C.T. – Théâtre des Bouffes du Nord ; T2G – Théâtre de Gennevilliers centre dramatique de création contemporaine ; CDN Orléans Loiret Centre
Texte édité aux éditions Les Solitaires Intempestifs

De mes propres mains de Pascal Rambert